Zoom

Pour en savoir plus...

Écrire à l'Arthotèque

Au cœur du village de Beignon, à mi-chemin entre Rennes et Vannes se niche l'Artothèque de Brocéliande. L'artothèque a été créée par l'association la Paimpontaise en 2014. Cette association regroupe des artistes locaux qu'ils soient peintres sculpteurs ou photographes. C'est un lieu où il est possible d'emprunter des œuvres et de visiter des expositions. L'artothèque invite un artiste par mois et, une fois l'an, présente une exposition collective des membres de La Paimpontaise.

A l'occasion de l'édition 2016-2017, La Source des Mots avait proposé un atelier d'écriture « Écrire à partir d'une œuvre d'art ».

Les textes produits à cette occasion avaient donné lieu à une lecture publique lors du vernissage faisant lien entre les écrivants, les artistes et le public.

C'est avec plaisir que je vous présente ces textes écrits autour d'une œuvre de Seb Moreau et François Combot intitulée « Cessez-le-feu en Syrie ».

Si vous souhaitez lire d'autres textes écrits à cette occasion, rendez-vous dans la rubrique « Coin lecture »...

Leïla

Dans ce premier texte, « Écoute-moi Leïla » la personne qui écrit fait parler le peintre, un peintre d'encre, un peintre qu'elle a imaginé.

Dans le second texte, « Le grand-père », c'est un personnage du tableau qui devient le narrateur.


Écoute-moi Leïla

Écoute-moi Leïla,
J'ai écrit ce tableau avec le sang de mes veines, sur la déchirure d'une nation, sur notre peuple exsangue, sur nos enfants mutilés, nos mères et nos sœurs bafouées et jetées dans la lie de la haine.

Écoute-moi Leïla.
Tu es partie un soir de décembre.
Je t'ai confiée à un passeur tandis que tu t'accrochais à moi.
Sur la toile blanche, j'ai lancé le rouge vif et l'orange, comme un appel à l'espoir, l'espoir de te revoir, même si maintenant tu es loin, trop loin.

Écoute-moi Leïla.
Un disque d'or s'est effondré dans le noir de la haine et son arête aiguisée a tranché nos liens à jamais rompus.
Tu es seule maintenant sur l'océan de l'exil.
Je suis seul maintenant devant ma toile zébrée de ténèbres et je crie ton nom.

Écoute-moi Leïla.
J'envoie des éclats de neige dans la noirceur sans fin qui est prête à avaler la lumière et toi tu marches dans la furie, sous un ciel de tempête, avec d'autres hommes, femmes et enfants jetés sur le chemin de l'exode.
Tu fuis le chaos mais arriveras-tu jusqu'à l'autre rive, dans le tumulte de la mer ?
Une vague pourrait t'engloutir.
Et je te dessine sur le bas du tableau avec tous ceux qui ne sont plus.

Écoute-moi Leïla.
J'ai faim mais je ne peux plus manger. Tout a le goût de cendre et de mort.
Me reste ce café insipide et froid que j'avale pour ne pas dormir car, si je meurs, le tableau s'animera dans une violence plus forte encore que cette réalité qui me tient prisonnier.

L'hydre noire me dévorera Leïla.
Cette monstruosité que j'ai crachée sur le chevalet, c'est l'oubli.

On oublie pour ne pas souffrir.
On se dissocie. L'arrache-cœur nous saisit le corps, nous démembre et notre esprit s'enfuit.
Comme tu es partie Leïla, j'ai préféré laisser mon âme s'échapper de cet enfer.
Je suis là, face à la toile que je saigne de mon pinceau et je laisse mon esprit aller vers toi, pour te rappeler… te rappeler que tu ne dois pas oublier.
Non, Leïla, tu ne dois pas oublier.

Dehors une déflagration
Je suis saisi par les flammes.
Leïla, écoute-m…

Sylvie Février - Novembre 2016

Le grand-père

Hier soir, nous étions encore à la maison. Tout déraillait dans le village. La violence est partout et le ciel n'en peut plus. Je ne sais plus mon âge, quatre-vingt, quatre-vingt-douze ans ? Ça fait longtemps que les chiffres se mélangent dans ma tête. Ce dont je suis sûr est que je n'ai rien vu de tel pendant toutes ces années que j'ai vécues. Le ciel fâché qui pleut du sang, les arbres qui se déracinent pour fuir et cette pieuvre noire qui se répand au dessus de nos têtes.
Je ne regarde pas en arrière. Si je me retournais je verrais peut-être comme un disque d'or, le symbole de ce que nous laissons derrière nous. Nos terres, nos affaires.
Ma belle fille marche derrière le chien. Ce chien à qui tout le monde jette des pierres en disant qu'il porte malheur parce qu'il est blanc. Nous le suivons comme le doigt de Dieu, c'est lui qui nous conduit. Les animaux ont l'instinct, ils savent exactement où aller pour survivre.
Ma belle-fille porte le bébé, il rit en regardant le chien.
Mon fils, le père de l'enfant n'a rien pris, même pas sa langue, il se tait.
Mon petit fils avance devant moi, il porte une casquette, son violon sur le dos et une valise. Je ne sais pas ce qu'il a fourré dans cette valise, des pinceaux et des tubes de peinture, je ne sais pas à quoi ça sert mais je sais qu'il veut vivre puisqu'il a pris son violon.
Mourrons-nous, vivrons-nous ? Que nous mourrions ou que nous vivions, il jouera de la musique et les oiseaux recommenceront à chanter dans les arbres qui courent.
Et moi tu sais, j'ai pris une valise mais je n'ai rien mis dedans ! C'est pour ma contenance, pas pour le contenu. Et je ris de ce vide, oui je ris. Croient-ils, ceux qui marchent devant que je suis un vieux fou ?

MCCM - Novembre 2016

Week-end d'écriture avec Dixit Poétic

Le week-end du neuf et dix décembre dernier, l'association Dixit Poétic nous conviait à un atelier d'écriture poétique animé par la poète plasticienne Brigitte Mouchel.

Nous étions six regroupés autour d'elle à la maison des associations de Saint-Péran, certains du territoire de Brocéliande, d'autres venus de plus loin. Le thème de l'atelier était « Écrire entre altérité et altérations »

Le samedi les propositions de Brigitte Mouchel concernaient le portrait. Nous avons emprunté des sentiers d'écriture apparemment indépendants, courant sur des pages et des pages pour aboutir à un montage étonnant, faisant un texte court et cohérent à nous faire pousser des Oh et des Ah !

Le samedi, notre poète nous proposa de travailler à partir d'œuvres du peintre Mark Rothko, maître de l'abstraction, dans l'esprit de l'écriture automatique .

Neuf heures d'atelier sans une minute d'ennui, on en redemanderait bien une louche à Dixit Poétic !

Actuellement l'association propose ce type d'atelier animé par un auteur une fois l'an.

Vous pouvez retrouvez les productions de Brigitte Mouchel dans « Événements du Paysage » aux éditions Isabelle Sauvage.

Vous pouvez également visiter l'exposition « Errances » à La Dame Blanche, café-librairie de Port-Louis dans le Morbihan jusqu'au 7 janvier 2018. Une belle manière de commencer l'année !

Pour illustration, voici ce que j'ai écrit à partir de ce tableau de Rothko :

Mark Rothko - N°61

Normalement morne la Norme. Énorme, amoral, amoral amiral, un nez rouge sur un visage gris. Normalement le fleuve sinue dans la terre, insinue des courbes normalement insignifiantes. Est-il profond, profond comme une plaie profonde ? Ici, le fleuve ne trace que des droites, des droites qui tranchent comme des lames, des lames qui cherchent le R pour faire larmes.

Des droites qui veulent sortir du cadre, des droites qui veulent partir, embarquer dans des barques où les âmes pétrissent la boue violette pour se refaire un corps, un corps qu'il faut laver pour revenir sans ire sur la terre du vivant.

Aux alentours du fleuve le peuple a peur des monstres, des monstres de boue violette.

Debout !

Peut-être quelque chose d'amical, un fil que l'on peut suivre jusqu'en dessous du magma violet, violet comme le vin et saisir la boue à pleines mains pour modeler une montagne, un habitat anormalement sauvage, une montagne énorme, une montagne hors normes.

MCCM

« La Source des Mots » - Photo de Lou Lejard

Actualités

Écrire à l'Arthotèque...

Écrire à l'Arthotèque...

En Bretagne, au cœur du petit village de Beignon, à mi-chemin entre Rennes et Vannes se niche un lieu que j'aime beaucoup et que je vous invite à découvrir : l'Artothèque de Brocéliande...

Lire la suite...
Week-end d'écriture avec Dixit Poétic

Week-end d'écriture avec Dixit Poétic

Implantée en Brocéliande, l’association Dixit Poétic fait vivre la poésie contemporaine... comme en ce mois de décembre...

Lire la suite...
« Le banquet du huitième continent »

« Le banquet du huitième continent »

Avec le CPIE Forêt de Brocéliande, le parcours d'art environnemental de cette année 2017 dont le thème central était l'eau...

Lire la suite...

La Source des Mots ?

La Source des Mots est une micro-entreprise créée par Marie-Claire Carbonié-Marty, animatrice d'ateliers d'écriture

Je propose des ateliers à la demande ainsi que des animations autour de l'écriture et de la lecture

La Source des Mots se situe en Bretagne à Concoret en forêt de Brocéliande. Bienvenue !

Me contacter

Adresse :

56430 Concoret

Téléphone :

09.73.65.27.28
06.77.80.54.43

Par email

Je reste attentive à toutes vos demandes...

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...